Le Royaume du Boundou

Le Royaume du Boundou

Le Royaume du Boundou

La fondation du royaume toucouleur du Boundou remonte au milieu du xviie siècle. C'est le marabout Torodo, Malick Sy Daouda, qui crée cet État islamique, qui fait frontière avec les royaumes du Djolof, le Fouta-Toro, le Galam, le Bambouk. Suite a une tentative de prise du pouvoir au Fouta-Toro où la grande dynastie Ceddo des Denianke règne, Malick Sy y échoue et est obligé de fuir la région. C'est ainsi qu'il arrive dans la région où il allait plus tard créer l'État du Boundou. Il doit d'abord lutter contre le Djolof qui contrôle la région ainsi qu'avec les Malinkés qui, eux aussi, avaient une influence sur la région bordant les royaumes malinkés du Wouli et du Bambouk. Après avoir remporté des victoires militaires, il crée l'État musulman du Boundou. À son apogée, le Boundou fit sentir son influence jusqu'au États soninkés du Galam et du sud de la Mauritanie et au Guidimakha, une province de l'État soninké du Diarra.

L'économie est centrée, comme dans les royaumes frontaliers, sur le commerce de la gomme arabique, mais aussi et surtout sur l'élevage et l'agriculture. La région est particulièrement fertile.

Ibrahim Diallo, le grand père du célèbre imam Peul Ayuba Souleiman Diallo, qui avait fondé un village au Bondou avec l'autorisation du roi du Fouta-Toro, avait décrété que "tous ceux qui viendraient se réfugier ici seraient protégés de l'esclavage, ce privilège n'étant toutefois réservé qu'à ceux qui savent lire et reconnaissent le nom de Dieu", c'est-à-dire les musulmans.

Les Almamys du Boundou ont souvent lutté contre la traite atlantique. Plusieurs caravanes d'esclaves en provenance de la Côte-de-l'Or ou du golfe de Guinée, passérent clandestinement dans la région. La population du Boundou est variée du point de vue ethnique : Wolofs, Peuls, Toucouleurs, Malinkés, Diakhanké et les groupes Tenda cohabitaient en paix. Très vite le Boundou a été convoité par les Européens lors de la colonisation, car la région est un point stratégique pour l'accès aux mines d'or du Falémé et du Bouré, et considérée comme un grenier à cause de son agriculture florissante. La France coloniale parvient à dominer le Boundou à grand-peine à la fin du xixe siècle. (Source : Wikipedia).

Toujours dans les lecons d'histoire

  • Ephémérides du jour

  • 19 Aout 2016

    Remise du drapeau national par le colonel Ousmane NDIOR aux 270 éléments de la Gendarmerie nationale membres du 11ème contingent sénégalais de la Mission des Nations Unies en République Démocratique du Congo.

  • 19 Aout 2015

    Décès à Dakar de l’artiste Doudou NDIAYE Rose, musicien et virtuose de la percussion.

  • 19 Aout 2013

    Le premier contingent de 140 policiers sénégalais de la mission conjointe NU/UA pour le maintien de la paix au Darfour reçoit son drapeau des mains de Bécaye DIOP, Ministre de l’Intérieur.

  • 19 Aout 2006

    L’armée sénégalaise pilonne les cantonnements du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) situés aux environs des villages de Boudiédiéte, Toukara, les bases de Tambaf et de Tendine.

  • 19 Aout 1997

    Accrochage à Mandina Mancagne près de Ziguinchor entre les rebelles du MFDC et des militaires de l'Armée nationale ; bilan : 30 morts côté rebelles, 25 militaires tués et plusieurs bléssés.

  • 19 Aout 1992

    Incidents de Kahem dans le département d'Oussouye : un policier tué, deux gendarmes bléssés par des éléments du Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance (MFDC).

  • 19 Aout 1962

    Plus de 15.000 personnes assistent au Parc des sports à Dakar au lancement du pacte matrimonial du Cap-Vert par les dignitaires de la collectivité Lébou.

  • 19 Aout 1960

    Eclatement de la Fédération du Mali constituée par le Sénégal et le Soudan français.

  • 19 Aout 1936

    Création de l'Institut français d'Afrique noire (IFAN).

  • 19 Aout 1858

    Le Goye est cédé à la France depuis le poste de Bakel jusqu'à la Falémé.

Audio du jour en francais

éphéméride 19 Aout

Audio du jour en wolof

éphéméride 19 Aout